Philae temples in Aswan

Les temples de Philae

Le nom égyptien antique de Philae était Pilak, à partir duquel le grec et le latin Philae ont été dérivés. Au cours de l’ère islamique, la population locale l’appelait El-Qasr, le «château», ou encore Geziret Anas el-Wogud, d’après le héros d’un des contes des «Mille et une nuits», qui traçait sa bien-aimée l’île, où elle avait été enfermée par son père.

Cet incroyable complexe de temples est situé sur l’une des îles du Nil. Son lieu d’origine était sur l’île de Philae à Assouan. Après la construction du haut barrage à Assouan, il était nécessaire de déplacer ce complexe sur la prochaine île, Agilika. Avec l’aide de l’UNESCO, il a été reconstruit sur l’île Agilika, située à 12 km au sud du haut barrage.

Pendant une longue histoire, des périodes égyptiennes antiques aux périodes byzantines, le complexe de Philae était un centre pour le culte de la déesse Isis, déesse de la guérison. Bien qu’Isis soit la principale divinité vénérée dans ce complexe, nous pouvons noter qu’il existe un certain nombre de dieux vénérés: Osiris, Nephthys, Hathor et les dieux de la cataracte Khnoum et Satet.

Les bâtiments de temple les plus anciens qui subsistent datent de l’époque de Nectanebo I (370 av. J.-C.), tandis que le Grand Temple d’Isis est le bâtiment le plus important de ce complexe. Les imposants édifices actuels ont été érigés par le royaume ptolémaïque au cours des deux derniers siècles et par les empereurs romains au cours des trois premiers siècles de notre ère.

Les Nubiens ayant été les derniers à se convertir au christianisme, le temple servit toujours la déesse Isis jusqu’à sa fermeture au temps de Justinien (527-565 ap. J.-C.). Après cela, les chrétiens l’utilisèrent comme église.

L’île était considérée comme l’un des plus beaux endroits d’Égypte et attirait chaque année un grand nombre de visiteurs. Juste après la construction du barrage d’Assouan en 1922, celui-ci a été plongé sous l’eau pendant la plus grande partie de l’année et les temples n’étaient accessibles qu’entre août et décembre. Une fois encore, un autre événement menaçait cet incroyable complexe lorsque l’Égypte a commencé à construire le barrage. L’UNESCO a donc contribué à déplacer ce complexe sur la prochaine île sûre entre 1972 et 1980.

Le temple de la déesse Isis

Ici, nous allons examiner de près la structure du temple de la déesse Isis. Ce temple est la partie la plus ancienne du complexe de Philae. Il a été construit sous le règne de Nectanebo Ier entre 380 et 362 av. J.-C., auquel on a accédé de la rivière par une double colonnade.

Premier pylône

Le premier pylône se dresse à 18 mètres de haut et est orné de reliefs de Nectanebo I. Sur la façade avant de la tour est, on peut voir un immense relief qui représente Ptolémée XII, Neos Dionysos. La représentation montre qu’il saisit une bande d’ennemis par les cheveux et élève son bâton pour les frapper. Dans le même temps, nous pouvons remarquer que le relief montre trois dieux se tenant aux côtés du roi: Isis, Horus à tête de faucon d’Edfou et Hathor. Au-dessus de ce relief, il y a deux autres reliefs de Neos Dionysos présentant les couronnes de Haute et Basse Égypte à Horus et Nephthys, à droite, et offrant de l’encens à Isis et Harpocrate à gauche.

Il est important de savoir que devant le premier pylône se trouvaient à l’origine deux lions de granit et deux obélisques de granit érigés par Euergetes II. À la découverte, les obélisques étaient intacts. Plus tard, l’un d’eux s’est brisé dans l’Antiquité. Au XIXe siècle, William John Bankes emporta les obélisques Philae sur lesquels cette pétition était gravée en Angleterre.

Sur le côté ouest de la porte, nous pouvons voir des reliefs pour Philometor. Cette élégante passerelle présente des reliefs de Ptolémée II Philadelphus sur son linteau et de l’empereur Tibère sur les jambages. La passerelle, construite par Philadelphus, se trouvait à l’origine dans un mur de briques. Il mène directement à la maison de naissance, Mammisi.

La première cour

La maison de naissance (mammisi) est située du côté ouest de la première cour. Le Mammisi est dédié à Hathor-Isis en l’honneur de la naissance de son fils Horus. Il est entouré des quatre côtés par des colonnades, ces colonnes ayant des chapiteaux à feuillage surmontés par des chapiteaux de sistre. Les murs, les colonnes et les écrans entre les colonnes sont recouverts de reliefs et d’inscriptions, principalement d’Euergetes II, de Neos Dionysos, d’Auguste et de Tibère. Tandis que les murs de mammisi sont recouverts de reliefs qui représentent l’enfance d’Horus, incluant Horus en tant que faucon dans les marais du Delta et Isis en train de nourrir Horus dans les marais.

%d blogueurs aiment cette page :