Déesse Sekhmet

Déesse Sekhmet

La déesse Sekhmet est l’une des déesses les plus importantes de l’Egypte ancienne. La déesse représente généralement une divinité léonine. Le symbole la représente comme une femme à tête de lion. Son nom se traduit par « Puissant ». De plus, cela se traduit par « La femme puissante ».

On peut retrouver l’histoire de l’Egypte ancienne parsemée de plusieurs lores de la déesse Râ. Sekhmet est la fille de Ra. Elle n’est pas seulement une déesse guerrière mais est aussi la déesse de la guérison. Les pharaons vénéraient Sekhmet comme leur protecteur. Il disait que la déesse dirigeait les rois en matière de guerre.

Étymologie

Le nom Sekhmet vient du mot égyptien antique sḫm, qui signifie « pouvoir ou puissance ». L’ancien nom egpyptoien de Sekhmet se traduit par « celui qui est) puissant ou puissant ».

De plus, la déesse a également reçu des titres tels que « (One) Before Whom Evil Trembles » « Mistress of Dread ». De plus, les titres de « Lady of Slaughter » et « She Who Mauls » font également référence à Sekhmet.

Pouvoirs de Sekhmet

Les anciens Égyptiens considéraient Sekhmet comme la fille du dieu solaire Ra. Le célèbre il de Ra est la manifestation vengeresse du pouvoir de Ra. Sekhmet était parmi les déesses les plus importantes qui ont agi comme l’œil de Ra. Lores raconte l’histoire de la capacité de Sekhmet à cracher du feu. De plus, les gens comparaient les vents chauds du désert à son souffle.

Les Égyptiens croyaient que la déesse pouvait causer des épidémies. Ces plaies étaient appelées ses serviteurs ou messagers. Cependant, les gens appelaient Sekhmet aussi pour éloigner les maladies.

L’histoire de Sekhmet et Ra

Une légende raconte l’histoire de Ra et Sekhmet. Apparemment, Ra a envoyé la déesse Hathor, sous la forme de Sekhmet, vers la fin du règne de Ra sur la terre. Ra a envoyé Sekhmet pour détruire les mortels qui ont osé conspirer contre Ra.

Sekhmet a mené une bataille sanglante. Cependant, selon le mythe, la soif de sang de la déesse n’était pas satisfaite à la fin de la bataille. Par la suite, elle a détruit presque toute l’humanité. Cela a incité d’autres dieux à supplier Ra d’arrêter Sekhmet avant qu’elle ne détruise toute la race humaine.

Pour éviter cela, Ra a utilisé une bière que le dieu avait. La bière était teinte avec une couleur rouge ou de l’hématite pour attirer l’attention de Sekhmet. La déesse a pris la bière pour du sang et a bu toute la cuve. Plus tard, la bière teintée a fait somnoler Sekhmet et elle a renoncé au massacre. La déesse se réveilla paisiblement à Ra.

 Le texte pronostique du Calendrier des Jours Chanceux et Malchanceux du papyrus Le Caire 86637 décrit également ce mythe. Cependant, il existe également d’autres variantes du conte. Dans certaines versions, Sekhmet s’est mis en colère contre la tromperie et a quitté l’Égypte. Cela diminuait la puissance du soleil. De plus, cela menaçait la force et la sécurité du monde.

Par conséquent, le dieu Toth a persuadé la déesse de revenir. Sekhmet revint et rendit au soleil toute sa splendeur. Sekhmet était aussi l’épouse du dieu Ptah et la mère de son fils Nefertoum. De plus, la déesse serait également la mère d’un dieu lion, Maahes.

Iconographie et symbolisme

L’icône d’une lionne féroce représente Sekhmet. Dans l’art, la déesse représente une femme à tête de lionne. Elle porte souvent des robes rouges, la couleur du sang. Habituellement, la robe qu’elle porte présente un motif de rosette sur chaque sein. Ce motif est un ancien motif léonin qui remonte à l’observation des cheveux noués aux épaules des lions.

Cependant, parfois Sekhmet était représentée dans ses statuettes et ses gravures avec un minimum de vêtements ou de nudité. Même à sa mort, le support royal du cercueil représentait Sekhmet comme un protecteur. Les images sont représentées dans toutes les images du rite d’embaumement. Il montre sa tête, la queue touffue caractéristique et ses pieds. Dans les tombes, on trouve les cercueils posés dessus.

Statues renommées de Sekhmet

Selon les estimations, plus de sept cents statues de Sekhmet se trouvaient autrefois dans un seul temple funéraire. Le temple d’Amenhotep III sur la rive ouest du Nil en fait partie. De plus, on peut trouver une statue en granit de Sekhmet au Musée national de Copenhague. La statue date de 1402-1365 av.

Le musée Atles à Berlin a une image d’un collier rituel Menat. Il représente un rituel accompli devant une statue de Sekhmet. Elle repose sur son trône, flanquée de la déesse Ouadjet et de la déesse Nekhbet. Ils représentent respectivement un cobra et un vautour blanc. De plus, deux dames représentent les symboles de la Basse et de la Haute Egypte. Le suppliant tient un Menat complet et un Sistre pour la cérémonie.

Un relief au temple de Kom Ombo montre Sekhmet avec son disque solaire et sa couronne de cobra. De plus, le musée du Caire expose une bière dorée provenant de la tombe de Toutankhamon avec des représentations de Sekhmet.

Culte de Sekhmet

Le début de l’année accueillait chaque année un festival annuel. La célébration de l’ivresse. Par conséquent, les Égyptiens dansaient et jouaient de la musique pour apaiser la nature sauvage de la déesse. Ils ont bu des quantités importantes de vin pour imiter l’ivresse extrême qui a arrêté la déesse de la colère. En outre, cela peut également concerner la prévention des crues excessives du Nil. Au début de chaque année pendant l’inondation, le Nil était rouge sang avec le limon de l’amont.

Une archéologue, Betsy Bryan, de l’Université John Hopkins, a fouillé le temple de Mut à Louxor. En 2006, elle présente ses trouvailles du festival. Cela comprenait des illustrations de la prêtresse se faisant servir un excès de vin et ses effets néfastes sur les serviteurs du temple.

Les illustrations montraient une participation importante, notamment de la prêtresse et de la population. Il existe des récits historiques de dizaines de milliers de personnes assistant à la célébration. Les archéologues ont fait ces découvertes dans le temple de Mout. Lorsque Thèbes a pris de l’importance, Mout a absorbé certaines caractéristiques de Sekhmet. De plus, les fouilles du temple de Louxor ont découvert un « porche de l’ivresse » construit par le pharaon Hatshepsut au cours de ses vingt ans de règne.

Conclusion

Sekhmet reste une déesse puissante et féroce de l’Egypte ancienne. On peut voir plusieurs références éparpillées à travers l’histoire qui indiquent la puissance de Sekhmet.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.